Et parce que je ne suis pas seule … 

Salut salut !

Je ne sais pas chez vous, mais ici nous avons eu le droit à un orage ce qui a rafraîchit vachement l’ambiance. 15 degrés ce soir. Mais je ne vais pas me plaindre 😊

Sinon, si vous avez lu les articles précédents, j’ai été adoptée, ce n’est plus un scoop. Mais je ne suis pas seule. J’ai un frère et une soeur. Tout deux adoptés également.

Je suis donc arrivée à l’âge de 10 mois et demi et deux ans plus tard débarqué un petit frère, tout droit venue de Corée du Sud. Il est arrivé à l’âge de 2 mois et demi.  Encore plus petit que moi. Si moi je n’ai aucun souvenir, je pense que c’est la même chose pour lui. Je ne vous raconterai pas son adoption, car j’étais trop petite pour m’en souvenir. Je pense que ça m’a aidé d’avoir un petit frère et qui plus est avec les mêmes origines que moi. Peut être que je me suis sentie moins perdue et moins seule. J’avais quelqu’un qui me ressemblait physiquement. Officiellement ce n’est pas un frère de sang mais un frère de coeur. Mais officieusement il n’y a aucune différence que si nous avions été de la même famille. Mon frère est quelqu’un d’assez secret, qui ne se livre pas énormément.  J’ignore totalement ce qu’il ressent vis à vis de notre adoption. Si il a envie d’aller découvrir son pays natal. Si le manque de savoir d’où il vient le perturbe. Je ne sais pas. Ce que je sais c’est que nous nous sommes toujours bien entendu. Nous avons de jolis souvenirs ensemble, comme nos vacances, nos séjours skis, les moments où il pouvait regarder le même dessin animé 3 fois à la suite, comme la belle et la Bête, ce qui fait qu’à la fin je connaissais les répliques par coeur, les jeux de société et j’en passe. J’ai toujours eu avec lui ce côté protecteur que peut avoir une grande soeur vis à vis de son petit frère.  Petit, nous étions inséparables.  Si il disparaissait de mon champs de vision je pouvais paniquer très rapidement. Les disputes étaient inexistantes ou très rares. Nous avions ce lien unique qu’ont les enfants adoptés à mon sens : la solidarité.  Pas besoin de parler finalement, nous nous comprenions. A l’heure actuelle, nous nous voyons un peu moins car chacun a sa vie, son rythme, son boulot. Lui travaille essentiellement le week end et moi la semaine. Mais je suis ravie de le retrouver a chaque réunion de famille. Je ne pense pas lui avoir dit trop souvent mais petit frère si tu passes par la, Je t’aime !

🌸🌸🌸

Et puis en juin 2002, débarque une petite soeur de 22 mois. Elle ne vient pas de Corée du Sud mais d’Haïti.  Et cette adoption je l’ai vécu et c’est un moment inoubliable. Je n’ai pas tout vécu, parce que mes parents ont voulu me préserver. Je vous ferai un article avec + de détails sur les démarches mais je sais que les associations regardent tout, les comptes, la maison, le travail, la façon de vivre.  Je me souviens qu’il a fallu que je rencontre l’assistante social. Mon état de stress était à son apogée. Pour vous dire, en vous écrivant ces quelques lignes, je ressens encore les émotions que j’ai pu ressentir lors de cet entretien. Se dire que selon ce que j’allais dire je pouvais tout faire foirer. Mais ma mère m’a mise en confiance. Et puis de toute façon avais je le choix? A 19 ans j’étais en âge de pouvoir donner mon avis. L’assistante social voulait être sûr que la future grande soeur (et grand frère, car les questions ont été posé à mon frère également) était consciente de ce qu’il se passait : qu’est ce que je pensais de l’adoption ? Qu’est ce que j’allais faire avec la petite soeur ou petit frère ? Qu’est ce que j’allais lui apprendre ? … J’ai répondu à ces questions avec mon coeur en toute simplicité. L’association nous a envoyé des photos de notre petite soeur des îles. Il a fallu à notre tour que nous lui fassions un petit album avec nos trombines, la maison, les animaux, pour que les personnes qui s’occupaient d’elle puisse lui expliquer chaque jour. Nous lui avons également envoyé une jolie petite tenue d’été dans les tons oranges et jaunes qu’elle porterait pour son arrivée en France … Et puis le jour J est arrivé, le 24 juin 2002. Je me souviens encore du voyage dans notre petite 306, direction Paris. Après tant d’attente nous allions enfin la rencontrer. Nous avons attendu un temps interminable avant de la voir apparaître derrière une vitre. La peur dans ses yeux et les larmes dans les nôtres. Des larmes de joie, de bonheur, d’excitation, de fin d’attente. La rencontre n’a pas été évidente, vous comprendrez bien qu’à presque deux on ne comprend pas réellement ce qu’il se passe mais on comprend que l’on est en train de vivre quelque chose d’inhabituelle. Elle quittait son pays, ses petites habitudes, les autres enfants avec qui elle était.

Mais cette petite soeur, différente de part sa couleur sa peau et ses origines est très vite devenue ma petite soeur. Elle l’était avant même d’arriver en France. Les liens du coeurs sont parfois plus puissant que ceux du sang. Nous n’avons jamais trop parlé d’adoption  (à croire que l’on ne parle jamais dans cette famille 😊) mais je sais qu’elle souhaite un jour retourner dans son pays, Haïti.

Nous sommes à deux mois de ces 17 ans et je suis fière de la personne qu’elle est devenue. Douée à l’école et heureuse en amour. A toi aussi je te le dis Je t’aime.
J
rère et une soeur, que j’aime du plus profond de mon coeur. Ils font partie intégralement de ma vie et je les aimes

Mon petit frère est resté jusqu’à son départ dans une famille d’accueil, ma petite soeur était dans une crèche et moi vous le savez à l’orphelinat. 3 histoires différentes mais le même parcours.

Prenez soin de vous et soyez heureux 🌸

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s